Monday, April 22, 2013

Williamson contre les zélateurs de l’Holocaustianisme

On April 12 we penned an essay which appeared here, in On the Contrary, "Bishop Williamson contra the Votaries of Holocaustianity."

A lady volunteer in Paris, France translated that essay into French. She wishes to remain anonymous. We are grateful for her unselfish and very fine work. 

Sincerely,
M. Hoffman

_________________________

Michael Hoffman contre la suprématie de l'Holocaustianisme

Monseigneur Williamson contre les zélateurs de l’Holocaustianisme

Elie contre les prêtres de Baal

Par Michael Hoffman

On trouvera ci-après [nos correspondants voudront bien se reporter au site],
publiée pour la première fois, une lettre de huit pages, stupide et bornée,
envoyée en 2011 à Mgr Richard Williamson par l'un de ses subordonnés, le
Père Niklaus Pfluger, "premier assistant" du supérieur général de la
Fraternité St Pie X (SSPX), Bernard Fellay. Pfluger est un prêtre catholique
allemand de la fraternité SSPX à laquelle appartenait Mgr Williamson. Mgr
Williamson, on s'en souvient, a fait les manchettes des journaux du monde
entier pour avoir refusé de renier des propos tenus à une chaîne de
télévision suédoise où il avait déclaré que la persécution des juifs avait
été exagérée, que personne n'avait été gazé dans des chambres homicides et
que le nombre de Six Millions de morts était une exagération inconcevable.
Pour ces propos il a été expulsé par Fellay du séminaire de la Fraternité en
Argentine dont il était le recteur, et expulsé d'Argentine par le
gouvernement. Il est régulièrement poursuivi devant un tribunal pénal en
Allemagne (où a eu lieu son interview à la télévision suédoise).
  
 N'ayant pas le courage des prêtres catholiques réfractaires qui étaient
torturés, étirés, écartelés et décapités dans l'Angleterre élisabéthaine
pour s'en tenir à la vérité que la règle de Dieu est supérieure à la règle
des monarques, les Allemands de la SSPX ont fait dans leurs pantalons,
terrorisés à l'idée que s'ils reconnaissaient à leur propre évêque le droit
d'avoir un avis, en tant que Berger, sur ce que saint Paul a appelé "les
fables juives" (Tite 1:14), ils auraient à subir toute la fureur du
gouvernement allemand qui aurait fermé leurs écoles et les aurait mis en
prison. N'importe quel Amish, n'importe quel Vieux Mennonite de ma
connaissance, et j'en ai bien connu une centaine au cours de ces 25
dernières années, serait prêt à endurer la prison, ou à fuir avec les
enfants de l'école si nécessaire, pour braver l'Etat et défendre une vérité
contre des mensonges, mais pas la Fraternité allemande, ni la Fraternité en
général sous la direction de l'évêque Bernard Fellay.

Dans leur frilosité, les dirigeants de la SSPX ont adopté la théologie
rabbinique de l'Holocaustianisme des papes Jean-Paul II et Benoît XVI, tout
en prétendant défendre "le catholicisme traditionnel". Où était
l'Holocaustianisme sous le pontificat de Pie XII? Le Français Robert
Faurisson a abondamment écrit sur le sujet de Pie XII et démontré que ce
pape avait refusé de cautionner le mensonge de ces légendes de chambres à
gaz d'extermination.

On verra que dans la missive moralisatrice qu'il adresse à Mgr
Williamson, le révérend Phluger lui fait la leçon en lui citant certaines
sources infaillibles de l'existence de "l'Holocauste", comme celles de
(Jean-Claude) Pressac, lequel a abandonné de désespoir et reconnu sa défaite
dans sa tentative de prouver l'existence de chambres à gaz d'exécution à
Auschwitz-Birkenau, et, le plus drôle de tout, en mentionnant Raul Hilberg.
Mgr Williamson ne peut pas croire ce que dit Hilberg ou penser qu'il soit
fiable, puisque Williamson a pris la peine de lire l'ouvrage de l'auteur de
ces lignes, The Great Holocaust Trial (Le Grand Procès de l'Holocauste)
qui rend compte des réponses fournies par Hilberg aux questions que lui
posait le regretté avocat de la défense, catholique traditionaliste, Doug
Christie, lors du procès d'Ernst Zundel à Toronto en 1985. Devant le
tribunal, M. Christie a mis Hilberg au défi de fournir un seul rapport
scientifique sur des gazages à Auschwitz. La réponse de Hilberg a été: "J'en
suis incapable." Il ne pouvait pas! Lors du second procès Zündel, en 1988,
Hilberg avait été invité par l'accusation à témoigner et à se soumettre une
nouvelle fois à un contre-interrogatoire de Christie (s'appuyant, là encore,
sur les recherches de Faurisson). Hilberg a refusé, pour des raisons
évidentes.

Les défenseurs "catholiques traditionalistes" de la Fraternité SSPX de
Fellay qui sont des détracteurs de Mgr Williamson ont dit à l'auteur de ces
lignes que l'histoire profane n'avait rien à voir avec la mission de la
Fraternité. Si tel est le cas, pourquoi le secrétariat d'Etat du Vatican et
Mgr Fellay ont-ils fait pression sur Mgr Williamson pour qu'il rétracte ses
doutes sur les histoires de chambres à gaz homicides? Si Mgr Williamson
avait mis en doute le nombre de personnes mortes dans le Trou noir de
Calcutta en Inde britannique, ou dans le camp de prisonniers d'Elmira à New
York pendant la Guerre civile, ou sous les tapis de bombes envoyées par
Ariel Sharon sur le centre-ville de Beyrouth, au Liban, en août 1982, ni le
Vatican ni Fellay n'auraient prononcé un mot de censure ou de reproche. Et
pourtant, dès qu'on parle de ce que J.-M. Le Pen a qualifié à juste titre de
"détail de l'histoire" - les allégations sur les "chambres à gaz
d'extermination" d'Auschwitz - Williamson doit s'incliner devant le
consensus séculier, ou bien se voir refuser l'exercice de sa charge
épiscopale (selon le secrétariat du pape) et être menacé d'expulsion de la
Fraternité (par ordre de Fellay).

Pourquoi cette sollicitation particulière pour un détail de l'histoire
profane placé au-dessus de tous les autres? Le seul "Holocauste" du monde
(ou "Shoah", comme le pape Jean Paul II a été le premier à le nommer pour
rester dans la ligne des mystifications talmudiques) est devenu une fausse
religion, une religion de judaïsme à l'usage des gentils. Il s'agit d'une
stratégie de marketing diaboliquement rusée destinée à judaïser l'Occident
et à transformer les militants de l'Eglise du Christ en un tas de gelée
tremblante.

Lorsque le cinéaste multimillionnaire d'Hollywood James Cameron a mené
son action concertée pour nier la Résurrection de Jésus-Christ, on n'a rien
entendu de la part de Mgr Fellay et du Père Pfluger qui soit comparable aux
discours qu'ils ont proférés sur le shoah-bizness [sic]. L'organisation
mondiale de ce mouvement de négation de la Résurrection, qui a ses origines
dans l'Etat d'Israël, n'est pas un vrai sujet de préoccupation pour les
papes catholiques modernes ni pour le "catholique traditionaliste" qu'est
Mgr Fellay. Ce qui les soucie, ce qui les motive frénétiquement, c'est la
montée de tout mouvement entravant la marche vers le remplacement du
Calvaire par Auschwitz comme point central ontologique de la souffrance dans
l'histoire de l'Occident. L'utilisation de "l'Holocauste" comme marque ou
appellation du judaïsme et de l'Etat d'Israël ne laisse aucune place
intellectuelle, sociologique ou culturelle à quelque autre holocauste. Il
éclipse, d'abord, l'holocauste sur le Calvaire, et puis tous les autres
holocaustes de l'histoire, y compris l'holocauste judéo-communiste de
millions de chrétiens en Russie et en Europe de l'Est à partir de 1917.

On donne le nom d'Holocauste à la mort tragique de centaines de milliers
de juifs sous les Nazis alors que très peu de gens, même chez les partisans
les plus frénétiques du sionisme et du talmudisme, prétendent que des juifs
ont péri par le feu dans les camps de concentration. En revanche, la mort
par le feu de ceux qui ont péri dans les incinérations massives de Japonais
à Tokyo, d'Allemands à Dresde et d'Arabes à Beyrouth ne sera sous aucun
prétexte sanctifiée du mot "holocauste" - qui est la dénomination que donne
le dictionnaire de l'immolation par le feu. Même l'assassinat massif
d'enfants à naître par l'avortement n'a pas le droit de figurer dans le
sanctuaire linguistique et être qualifié d'holocauste sans encourir les
hurlements de rage et l'indignation des sionistes et des rabbins.

Les amis de la Fraternité SSPX nous disent que tout ce processus
dégénéré n'a rien à voir avec la mission de Mgr Marcel Lefebvre (fondateur
de la Fraternité). Mgr Williamson ferait mieux de croire, sur la Deuxième
Guerre mondiale, ce que croient les ignorants de la direction de la
Fraternité, en conformité avec leur avocat Mr M. Krah, qui est lié à l'armée
israélienne, à savoir que le chiffre cabalistique de Six Millions et les
allégations de gazages d'extermination massifs dans les magiques chambres à
gaz d'Auschwitz-Birkenau sont Paroles d'Evangile. Ces êtres humains supposés
réfléchis de la Fraternité, qui sont censés être les héritiers de saint
Thomas d'Aquin, ne se sont pas donné la peine de lire le Dr. Arthur Butz, le
Dr. Robert Faurisson, Germar Rudolf, Carlo Mattogno, Fred Leuchter, Richard
Widmann, Samuel Crowell, la transcription du second procès Zündel, mon livre
sur le premier procès Zündel, ou un quelconque ouvrage dissident,
alternatif, de scepticisme scientifique qui contredise la Liturgie
Holocaustique Officielle de la Nouvelle Eglise des Chambres à Gaz, à
laquelle doivent croire tous les catholiques sous peine de partager le même
sort que Mgr Williamson : expulsion, difficultés financières, poursuites
pénales, et les rituelles atteintes à la réputation de la part des médias et
de confrères catholiques.

Dans ces premières années du nouveau millénaire nous assistons avec
horreur à la réalisation par les révolutionnaires de chacun de leurs
objectifs: le "mariage" homosexuel, les femmes au combat, la violence à
l'état pur et la pornographie hard qui se déversent sans retenue de la
télévision et de l'Internet, et, partout en progression, le judaïsme
talmudique et l'Etat antichrist d'Israël. Mois après mois les ennemis de
Dieu réussissent à inverser, en quelques années seulement, quatre mille ans
de loi divine et d'héritage occidental. Peut-on être à ce point obtus pour
ne pas voir que, liée à ce processus de dégradation de l'alchimie humaine,
il y a la propagande "holocaustique" qui fait de la souffrance des juifs de
la Deuxième Guerre mondiale une idole cosmique devant laquelle tout le monde
en Occident doit s'incliner?

La papauté, le Vatican, et la Fraternité SSPX se sont tous inclinés, ont
tous consenti à cette idolâtrie. En ces temps obscurs, Mgr Williamson et une
toute petite poignée de prêtres exclus (les Pères Pfeiffer, Hewko, Chazal et
quelques autres) se lèvent comme Elie contre les prêtres de Baal.

+ + +

No comments: